29 avril 2021

LA RÉGULATION DU MICROCLIMAT EN ÉTABLE ET LA VENTILATION NATURELLE

La saison chaude approche à grands pas et, avec elle, les besoins des bovins d’élevage deviennent encore plus importants. L’observation et la gestion des vaches laitières est, dès les premiers instants de la vie, un processus de plus en plus délicat qui nécessite une mise à jour et un entretien continus pour s’assurer que le milieu environnant est accueillant et favorise une croissance saine et forte.

En hiver, les éleveurs ont souvent recours au système de ventilation naturelle, mais dans les périodes les plus chaudes, cette méthode de refroidissement peut ne pas être suffisante pour garantir le bien-être de leurs animaux. Voyons pourquoi dans cet article.

LA BONNE TEMPÉRATURE DANS L’ÉTABLE

Les températures qui pour nous peuvent se traduire par un climat doux, de 24 à 25°, pour les animaux laitiers, peuvent révéler les premières complications, en s’ajoutant progressivement à l’impact du rayonnement solaire, au niveau d’humidité relative (HR) et aux changements de température, se résumant à un stress thermique général.

Par conséquent, pour optimiser l’état de santé général, les températures moyennes des étables devront varier, en se distinguant selon les vaches en lactation et en tarissement. Parmi les différentes mesures, les premières nécessitent une neutralité thermique indicative comprise entre -5 et 21°, mais les vaches en tarissement méritent autant d’attention pour la période de stress à laquelle elles sont soumises, avec une température plus élevée, à titre indicatif, comprise entre 0 et 24°. Étant donné que les températures optimales ne peuvent jamais être considérées comme définitives par rapport à des facteurs tels que l’humidité et la vitesse de l’air, la moyenne de référence doit être d’environ 7 à 20° avec un taux d’humidité ne dépassant pas 40/50 %.

LA VENTILATION NATURELLE ET LES SYSTÈMES DE REFROIDISSEMENT

Dans la période plus froide, on a recours à des systèmes qui renforcent les méthodes de recirculation naturelle par des mouvements d’air du bas vers le haut, grâce aux ouvertures latérales et aux dômes supérieurs. En effet, la saison froide, quel que soit le territoire, repose souvent sur la ventilation naturelle, également appelée système « passif », grâce à la possibilité de recycler l’air sans utiliser aucune source d’énergie. Un procédé optimal pour réduire considérablement les coûts et la maintenance grâce à un effet dit « cheminée ».

Malgré cela, compte tenu de la tendance physiologique des vaches à dégager de la chaleur, lorsque les températures augmentent, les systèmes naturels peuvent ne pas être suffisants pour contrer l’alimentation en air chaud, d’où la nécessité d’un système de refroidissement et de ventilation forcée. Des outils de thermorégulation sont répartis entre les dortoirs et les aires d’alimentation accompagnés de douches dans les cornadis à rythme alterné pour guider un cycle de refroidissement et de séchage (voir lien) du pelage de la vache, en facilitant l’équilibrage de la température. Les destratificateurs (voir lien), à haut rendement énergétique et à faible consommation, permettent le recyclage et la redistribution constants de l’air, grâce au mouvement constant de six pales en aluminium.

Les nouvelles technologies permettent de combiner ces systèmes avec des unités de contrôle automatique qui, grâce à la détection de température/d’humidité, permettent le réglage automatique des cycles de bain-séchage.

En conclusion, la surveillance du microclimat dans une étable n’est qu’un des nombreux facteurs à prendre en considération, peut-être déjà dans la phase de conception de la structure, afin de parvenir à une amélioration significative du bien-être animal et à de meilleurs résultats en termes de qualité et de productivité.

BLOG ARCHIVE

LA RÉGULATION DU MICROCLIMAT EN ÉTABLE ET LA VENTILATION NATURELLE

En hiver, les éleveurs ont souvent recours au système de ventilation naturelle, mais dans les périodes les plus chaudes, cette méthode de refroidissement peut ne pas être suffisante pour garantir le bien-être de leurs animaux. Voyons pourquoi dans cet article.

Read article

L’ACIER EST DURABLE : DÉCOUVREZ POURQUOI DANS CET ARTICLE

La durabilité environnementale signifie recyclabilité et durabilité, et l’acier est durable à tous les effets ! En fait, c’est le matériau le plus recyclé au monde (environ 14 tonnes sont recyclées par seconde). L’Italie est le 1er pays européen pour le recyclage des ferrailles avec une moyenne d’environ 20 millions de tonnes par an de matière … Continue reading « L’ACIER EST DURABLE : DÉCOUVREZ POURQUOI DANS CET ARTICLE »

Read article